mardi 20 décembre 2016

Homophonie (didgeridoo)


Homophonie Didgeridoo Jeudi 03/11/2016 avec Martin




J'ai vidé le guéridon
Dérivé vers des visions
Désiré la guérison
Déridé la dérision
Des rizières et des visons
Révisé la religion
Des rivières et des bisons
Je vis dans la déraison
Des civières et des guidons

Martin

Homophonies (bières)


Homophonie de noms de bière - Mercredi 02/11/2016 avec Amélie C.


Écrire un texte où se cachent des noms de bière.
__________________________________________________________________________________
Ce jour-là, j’étais vraiment très triste à cause de l’évolution du cours de la bourse. Aussi mis-je mes bottes et m’en allai dans le bois.
J’errai un temps puis me dirigeai d’un pas plus vif vers le phare aux lucioles comme le nomment les gens d’ici.
Tout à coup, une voix me cria dans les oreilles que le cours du dollar était au plus bas et que désormais, l’or valait moins que la roche. Fort de ce constat, j’ôtai mes bottes, mes chaussettes et pataugeai délibérément dans la boue, m’exerçant ainsi au métier de nouveau pauvre.
Minou

Il reconnut d’abord la jupe, il erra un moment, puis il vit monter sa gueuse dans la BM Jean Lain d’un Gavroche fort entreprenant. Chez Guy naissait un appel fort et pourtant Jean, l’un de ses amis, l’avait prévenu…
Il avait les crocs, en bourrant les poings dans ses poches, il les suivit…parcourant la ville, chauffard au travers des rues, sur le parking, monta l’escalier derrière eux et devant la porte les surprit :
Valérie ! Dire que j’étais prêt à ériger une stèle à toi !
Or Valérie n’était point Valérie, de rousse, elle était plutôt brune et poussa un cri que lui n’oublierait jamais…
Honteux et confus, Guy s’enfuit.
Nathalie

Dans la crique, assis sur une roche, fort avachi, mais content, Guy, nécessiteux notoire, jubile, l'air de rien. Tu fais de l'art, toi, demande-t-il à son ami fat, romancier de mes deux.

Henry

Je me souviens d’une boisson exquise goutée pour la première fois lors de vacances familiales en Dordogne. L’enseigne de l’hôtel était « À l’ombre du Castel ». La recette était toute simple :
  • Réunir les ingrédients : du rhum blanc, des fruits rouges, de la glace
  • Remplir un demi-verre de rhum
  • Écraser les fruits, en verser le jus
  • Piler la glace et l’ajouter
  • Décorer avec quelques framboises ou tranches de citron.
Cette boisson bien fraiche est néanmoins traitresse. Si tu en bois quelques verres à l’apéro, lève-toi ensuite avec précaution, croque une gousse d’ail ou un petit chou, fais attention à ne pas trébucher.
Le soir, dans ton bain, n’oublie pas que le principe d’Archimède reste d’application.
Élisabeth




Haïkus

Haïkus

Lundi 31/10/2016 avec Robert R.

Mardi 01/11/2016 avec Martin G.

Mardi 01/11/2016 avec Amélie C.


Sourires échangés
Si la sol la si do ré
Silence effacé

Notes en liberté
Provoquent surprises et sourires
Éclairant la ville

Vélos entre do(s)
Surgissent, chantent, montent et descendent
Et les sourires fusent

Une musique circule
Perçant le silence urbain
Mais que se passe-t-il ?

Quand le soleil tombe
La ville se protège
Et la nuit fleurit

En vélo à notes
Surnotez les femmes
Et la roue tourne

Nicole V.

Boite aux lettres, à Dieu.
Tous rdv aéroport
Toboggan des cieux

Shampoing silencieux
Racine carrée
Boite à jeux

Anne J.


Haïkus sur le SI LEN CE 

Des feuilles roussies
Dansent sur un rythme lent
Dernière romance
Tant de tombes ici
Ont sombré à pas lents
Dernière romance

Un quartier d’ici
Marolles et son allant
Passé et mouvance

Marie-Claude


Souvenirs rassis
Épuisent l’esprit branlant
Et le souffle effacent

Sophie


Chacun écrit un haiku secret qui s'inspire de notre promenade. Ce poème est ensuite dessiné au moyen de trois « hiéroglyphes ». Les autres participants doivent reconstituer le haiku en ayant connaissance des seuls dessins.

Haiku de Martin :
Sur mon phonocycle
J'ai traversé une vague
De curiosité

Interprétation du hiéroglyphe de Thierry
Un pantin aphone
Prodigue dans tous les sens
De la bonne humeur

Interprétation du hiéroglyphe de Nicole
Fermez les paupières
Respectez la partition
Chassez le silence

Interprétation du hiéroglyphe de Christine
Dodo à vélo
Lorsque mon pouls s'accélère
Je me sens heureux

Interprétation du hiéroglyphe de Fanny
Sons de cloche en tête
La joie est trois fois légère
Éclairant la ville

Interprétation du hiéroglyphe de Daniel
Bicyclette en miettes
La ville écoute pousser
Les fleurs de bitume

Interprétation du hiéroglyphe d'Anne
Poussière dans l'œil
On a le cœur à chanter
La banane flotte

Interprétation du hiéroglyphe de Charlie
Cycliste en musique
En musique mais à poil
Tu roules à tes risques

Martin

Fugues


Fugue à 2 - Mardi 02/11/2016 avec O. Salon


Fugue en langue parlée
Dialogue entre un homme et son reflet dans le miroir
Moi, je te vois




Moi, je te vois
Je te dis que je te vois




Je te dis aussi que je te vois
Et je vois aussi que tu me vois
Et je vois aussi que tu me vois




Facile !
Non, pas si facile que ça.
Parce que dès que j’ouvre la bouche,




J’ouvre la bouche aussi
Tu me suis.




Non : tu me suis.
Tu me suis.




Tu me suis.






Non, ça ne marche pas comme ça.




Non, ça ne marche pas comme ça.
Recommençons.




Recommençons.
Tu me suis.




Je te suis.
Ou bien…




Ou bien…
Je te suis.




Tu me suis.
C’est déjà plus cohérent.
C’est déjà plus cohérent.
Mais est-ce conforme à la réalité ?




Mais est-ce conforme à la réalité ?
La véritable question est :




Où est la réalité ? Telle est la véritable question.
Au fond,




Au fond,
À chacun sa vérité




À chacun sa vérité
On croit toujours que




On croit parfois que
Tu répètes tout ce que je dis




Tu répètes tout ce que je dis
Ou que je répète tout ce que tu dis




Ou que je répète tout ce que tu dis
Mais en réalité
Mais en réalité
J’ai mon libre-arbitre




J’ai mon libre-arbitre
Bref,




Bref,
Nous avons notre libre-arbitre




Nous avons notre libre-arbitre
Nous pouvons user de notre détachement




Nous pouvons user de notre détachement
Tiens, écoutez




Tiens, écoutez
Je vais commencer à dire tout




Je vais commencer à dire tout
ce qui me passe par la tête




ce qui me passe par la tête
On y va ?




Allons-y !
Tout à l’heure j’étais au phare




Tout à l’heure j’étais au phare
Je voulais commander un far breton




Je voulais commander un far breton






Ben, ben, ben, tu as dit la même




Ben, ben, ben, tu as dit la même
chose que moi !!!




chose que moi !!!
Forcément !




Non, pas forcément !
Bon, pas forcément.




Forcément.






Recommençons.




Recommençons.
Chacun doit s’abstraire de l’autre.




Chacun doit s’abstraire de l’autre.
Allons-y !




On y va ?
Tout à l’heure c’était bigre et fortiche




Tout à l’heure j’étais sur une péniche
J’étais au bar ; il y avait du poivre et du sel




La péniche défilait sur le canal de Bruxelles
J’aurais voulu commander un œuf poché




tandis que pérorait le commandant Pochet
somme toute, c’était très banal




qui connaissait tout sur le canal
très quelconque et très uniforme




superbe dans son uniforme
même pas un jeu d’rôles




voyez comme c’était drôle !
ça sentait bon dans la narine




lui dans sa veste bleu marine
c’était une simple scène




tandis qu’on voguait sur la Seine






Pour du hasard,




Ah ça, quel bazar !
Ça tombe plutôt bien




Ça tombe plutôt bien
On s’entend bien




On s’écout’ bien
On s’répond bien




On s’répond bien
C’est bien normal, puisqu’on se voit




C’est bien normal, puisqu’on se voit
En permanence




En permanence
On s’épie
On se dit
Tout




Tout
On parle en même temps




On parle en même temps
On dit la même chose en même temps




On dit la même chose en même temps
C’est l’effet canon !




C’est l’effet bombe !
Quand je te vois




Quand je te vois
Ça me fait un effet bœuf :




Ce que je vais dire, ce n’est pas vache :
Tu sais que t’es vraiment canon !




Tu sais que t’es vraiment canon !

Olivier



Fugue vélocyclopédique
Vélos tandem
Ma belle, regarde, il fait soleil !
Si nous enfourchions nos vélos ?




Si nous enfourchions notre tandem ?
Vélo, tandem, qu’importe




Que je sois derrière, que je sois devant qu’importe !

Je veux juste être avec toi


Je veux juste être auprès de toi
Nous flânerons au bord du canal


à la rencontre de ces sapajous de l’Oulipo

à la rencontre de ces canaillous de l’Oulipo


Saluer les canards au fil de l’eau
Oui et nous chanterons des airs immorals sans queue ni rime ni tête


Oui nous chanterons des airs salaces en poussant sur les pédales avec entrain
Nous prendrons le train ?
Oui pourquoi pas le train pour n’importe où ?


Oui pourquoi pas le train pour nulle part ?
Demain matin, nous nous éveillerons au bord du Rhin.
Pourquoi au bord du Rhin ?
J’aimerais tant voir Dublin.


T’aimerais tant voir Dublin.
Qu’importe à Dublin ou sur le Rhin !
Pourvu que l’on soit tous deux


Pourvu que l’on soit tous deux
Un p’tit verre de vin ou un morceau de pain
Un quignon de pain ou un p’tit verre de vin
Sur une terrasse au soleil


Sur une terrasse loin des crachins
Allons prenons notre tandem
Prenons nos vélos
Oui enfourchons nos vélos tandems


Oui enfourchons nos tandems vélos
Prenons notre tandem vélo


Prenons nos vélos tandem
vélotandem
loden


Charly L.

Bonjour chère Madame, il y a longtemps que nous ne nous sommes vues.




Bonjour je suis contente aussi de vous rencontrer
Demeurez-vous toujours à Bruxelles ?




Mais oui je demeure toujours à Bruxelles
Je me souviens bien de votre fils




Mon fils est un homme maintenant
il pratiquait beaucoup le sport je crois




Oui mais il a cessé le sport
Ma fille avait un petit penchant pour votre fils




Oh ! J’aurais aimé que votre fille et mon fils…
Pourquoi cela chère madame ?




Pourquoi mais chère madame vous comprenez …
Vous voulez dire qu’il est mal marié ?




Je dis qu’il est mal marié.
Est-il en instance de divorce ?




mais oui en instance de divorce.
Entre femmes et entre mères on est solidaires




Oui on est solidaires
Merci de conter la chose à votre fille
je vais conter la chose à ma fille
à bientôt ma pauvre amie




à bientôt ma bonne amie.

Marie-Claude

Le corbeau et le renard
Maitre Corbeau


sur un arbre perché
Maitre Corbeau
tenait en son bec


un fromage
tenait un fromage.


Maitre Renard
Maitre renard
par l’odeur alléché


lui tint à peu près
lui tint ce langage
ce langage.






Bonjour Monsieur du Corbeau
Bonjour Monsieur du Renard
Que vous êtes joli !




Que vous êtes jaloux !
Que vous me semblez beau !




Que vous semblez roublard
Sans mentir
Sans mentir
si votre ramage




si vos pourléchages
se rapporte à votre plumage




sont prémices à vos chapardages
vous êtes le Phoenix




vous êtes le Phœnix
des hôtes de ces bois
des voleurs de ce bois


A ces mots, le Corbeau
À ces mots, le Renard




ne se sent plus de joie
laisse percer sa joie




IL ouvre un large bec
à travers son regard


et voit tomber sa proie
et laisse choir sa proie.

Wana